REPRISE EN

SOUS-OEUVRE

Qu’est-ce la reprise en sous-œuvre ?

Ouvrage géotechnique, la reprise en sous-œuvre est réalisée dans le cadre de la modification d’une construction. Durant cette pratique, des risques d’écroulement et de compressions de la structure déjà existante sont bien possibles. C’est justement pour cette raison que pour la réalisation d’une reprise en sous-œuvre, il est toujours important de faire appel à des professionnels.

Principe d’une reprise en sous-œuvre

Avant tout, il faut savoir que la reprise en sous-œuvre a pour objectif de renforcer des fondations ou de les ramener sur un sol d’assise inférieur. Dans le cas où le terrain d’assise dispose d’une bonne capacité portante, pour renforcer une fondation, il suffit d’augmenter simplement sa surface. Dans le cas contraire, le changement du niveau d’assise de la structure est nécessaire. En fonction de la contrainte de chaque chantier, il est possible d’utiliser différentes méthodes de reprise en sous-œuvre.

La reprise par tranchées blindées ou par puits alterné

La reprise par tranchées blindées s’applique surtout sur une construction ne nécessitant qu’une faible hauteur de reprise c’est-à-dire entre 3 et 8 mètres. Pour cela, il faudra terrasser en plein bloc, puis aménager une banquette talutée devant la surface à reprendre. Ensuite, pour pouvoir créer la nouvelle fondation jusqu’au niveau de l’ancienne, il faudra ouvrir le talus par passe alternée sur environ 2 à 4 mètres de largeur au maximum. Par la suite, pour assurer la jonction avec la fondation existante, il est possible de se servir d’un bourrage au mortier sans retrait. L’autre alternative est la reprise par puits alternés. Ceci évitera la réalisation à l’avance du terrassement. Pour cela, il faudra fixer l’existant et dégager les fondations sur une longueur de 1,5 à 2 m. Il suffit ensuite de blinder le puits sur 3 ou 4 faces en fonction de la nature du sol. Il faut juste noter que cette opération est répétée en respectant un phasage alterné de 2,00 m maximum pour creuser sous la semelle existante afin de s’assurer d’une résistance suffisante du béton.

Les micropieux pour un sol fragile

Lors d’une reprise en sous-œuvre, lorsque le sol est trop fragile ou que les charges qui s’appliquent à l’ancienne fondation sont élevées, il faut se recourir à la reprise par micropieux. Il faut noter qu’ici, la reprise en béton projeté armé est élaborée avec la technique de forage autoforant. À ce moment-là, les pieux sont forés d’un diamètre de moins de 250 mm. En sus, ils se composeront d’armatures comme d’un treillis soudé ST 40C.