RABOTTAGE

Le rabotage et son secteur d’activité

Selon les particularités du terrain et suivant le type de travaux à effectuer, le rabotage est adaptable. Chaque chantier de rabotage connait de multiples modes d’intervention et il convient d’ajuster les procédés et le matériel convenable suivant également le type d’environnement existant. Le rabotage s’adresse à divers ouvrages comme les ponts et chaussées, les travaux de voiries, les collectivités publiques, les aéroports, entre autres.

Généralités sur le rabotage

Entre le rabotage classique et le microrabotage, la différence est liée à la mise en œuvre du tambour de fraisage. Cette technique admet le rabotage d’une épaisseur large ainsi que les couches les plus minces. Les machines à raboter permettent d’accéder à des profondeurs comprises entre 0 et moins 30 cm. Au niveau du chantier, les raboteuses et les balayeuses font l’objet de suivi et d’entretien constants. Les balayeuses servent au nettoyage du chantier.

Les différentes méthodes de rabotage

Les méthodes de rabotage dépendent des techniques de nivellement sur les chantiers, afin de fournir un travail précis et de qualité supérieure. Ces méthodes concernent le rabotage au fil, le rabotage en 3D, le microfraisage et le fraisage des chaussées amiantées. Pour le rabotage au fil, le fraisage dépend du fil utilisé en décapage de pistes d’aéroport, d’autoroutes. Le rabotage en 3D autorise la conception de profil de surfaces innovantes suivant un modèle numérique. Le microfraisage fait appel à des machines intégrant des tambours de fraisage. Les machines de microfraisage autorisent la restauration de l’adhérence de la chaussée, l’élimination des irrégularités de la chaussée, l’enlèvement de marquage de chaussée et des couches contaminées. Quant au fraisage de chaussées amiantées, le rabotage garantit l’enlèvement de l’enrobé amianté en parfaite sûreté.

Les travaux possibles avec les tambours de fraisage

Pour la remise en état des chaussées, le rabotage via les tambours de fraisage implique la régénération des couches de roulement afin de remettre en place l’aspect rugueux d’une chaussée grâce à une macro-texture anti-glissante du revêtement. Pour le reprofilage de la chaussée, les bourrelets d’orniérage sont supprimés pour faciliter l’écoulement des eaux et bannir l’aqua-planning. Pour la sécurité, on œuvre pour la reprise du profil en long et en travers. Pour préparer une surface de tapis mince, les imperfections sont débarrassées sans problème de talonnage pour les enrobés ultramince. Pour l’effacement de la signalisation horizontale, les machines à tambour fines permettent d’ôter les bandes de signalisation sans nécessiter de traitement ultérieur.