COLONNES
SEMI-RIGIDES

La définition des colonnes semi-rigides

Les colonnes semi-rigides sont constituées par un réseau d’inclusion verticale semi-rigide. Le but principal de ce type de procédé est de se débarrasser des problèmes liés à l’étreinte latérale. Ces étreintes latérales se rencontrent sur des terrains extrêmement compressibles ainsi qu’au niveau des sols organiques. Les colonnes semi-rigides sont également nommées colonnes à module contrôlé ou CMC. Cette technique est aussi usitée sur toute catégorie de terrain cohésif ou pulvérulent pour des profondeurs de plus de 30 mètres.

La destination des colonnes semi-rigides

Les colonnes semi-rigides sont destinées aux bâtiments industriels, aux immeubles commerciaux, aux bassins, aux silos, aux remblais et en ouvrage en terre. Avec ce type de réalisation, les avantages résident dans la vitesse d’exécution et la réduction au maximum des tassements. Les inclusions sont effectuées avec ou sans refoulement de sol. Les inclusions sont conçues par le biais d’une injection à faible pression avoisinant les 2 bars. Cette faible pression est exercée sur un mortier ou un béton par l’entremise de l’âme creuse de l’outil de forage. Les colonnes comprennent un diamètre inclus entre 250 et 500 mm.

Le mode opératoire des colonnes semi-rigides

Pour les colonnes semi-rigides, les semelles de fondation doivent être établies au droit des files de colonnes. Le renforcement de sol fait partie du réseau de CMC car ce sont des inclusions rigides faites avec du mortier. Les semelles sont exécutées à titre de fondations superficielles avec des semelles filantes de 45 cm de largeur au minimum. La découpe dite « propre » des semelles de CMC est effectuée au moment du terrassement des semelles. La solution la plus favorable se fait avec une benne preneuse. L’autre solution implique le coup de godet sec.

Le mode d’utilisation des CMC

Les colonnes semi-rigides possèdent un module de déformation à long terme. Ce module est compris entre le module des pieux en béton et le module des colonnes ballastées. C’est un module qui oscille entre 500 à 10 000 MPa. Le but est de réduire la déformabilité générale du sol avec des composants semi-rigides répartis de façon régulière avec une densité complète. Ainsi, on peut mettre en œuvre un réseau d’inclusions dans l’objectif de transfert des charges d’un ouvrage vers un horizon compact sis en profondeur. Un matelas de répartition est façonné en surface avec un matériau granulaire compacté. Cette méthode vise à maîtriser les tassements du sol sous la charge de l’ouvrage à réaliser.